L'art de prendre soin du grain chez VIVESCIA

Prendre soin du grain chez VIVESCIA

Pour avoir du bon grain, il faut en prendre soin, du temps des semis au temps des moissons.
Né au cœur d’un bassin céréalier d’excellence, le groupe coopératif VIVESCIA fait partie de cette histoire. Sa force ? Rassembler à la fois des agriculteurs, des agronomes, des meuniers, des boulangers, des pâtissiers, … Et tous veillent au grain !

On l’oublie souvent : mais la nature n’est pas toujours naturellement bonne. Et tout ne pousse par partout sur n’importe quelle terre…

Pour avoir de bons grains, il faut s’en occuper : créer et choisir les semences qui correspondent aux projets de l’agriculteur, à la nature de ses sols et la demande des marchés ; faire des tours de plaine régulièrement, observer et alerter pour prévenir les maladies, définir la nature et les modalités du traitement si nécessaire, récolter et stocker les grains dans de bonnes conditions…

C’est le temps long de l’agriculture céréalière : des semis à la moisson, experts et agronomes de VIVESCIA Agriculture sont aux côtés de chaque agriculteur !

La bonne semence, c’est celle qui concilie les attentes des agriculteurs, des industriels et des consommateurs !

Les agriculteurs souhaitent un bon rendement grâce à des variétés compatibles avec la nature de leur sol et le climat de la région, et si possible, naturellement munies pour résister aux parasites, aux maladies, à la verse (que la tige ne se casse pas facilement).

Les industriels qui vont transformer le grain en attendent des caractéristiques précises  (taux de protéines, viscosité,…) en fonction des produits qu’ils fabriquent (pain, viennoiseries, semoule, malt…). A chaque produit transformé son lot de variétés.
 
Côté consommateurs, leurs attentes portent clairement sur la réduction des produits phytosanitaires pour avoir des produits de qualité le plus naturels possible. 

Les attentes sont donc différentes, mais ces 3 publics se rejoignent sur un point : plus de productivité avec le moins d’impact possible sur l’environnement ! Les industriels, pour tenir compte des attentes des consommateurs et des citoyens, et les agriculteurs, parce qu’ils veulent faire des grains de qualité, préserver la qualité de leur sol et diminuer leurs coûts de production : moins ils utilisent de produits phytosanitaires, plus ils font des économies si la variété les accompagne sur le rendement...

A chaque instant, les équipes agronomiques VIVESCIA veillent au grain !

Leur mission est de trouver des solutions agronomiques pour répondre aux problématiques rencontrées par les agriculteurs. En ligne de mire : une agriculture responsable et durable. Durable pour préserver les ressources naturelles les sols, la biodiversité ; et durable aussi pour l’agriculteur en lui permettant de vivre de son métier. C’est là qu’interviennent les différents experts de VIVESCIA…. 

Tous travaillent ensemble, et en partenariat avec des instituts, des laboratoires de R&D publics et privés, les spécialistes de la chimie végétale du groupe VIVESCIA

Et ils sont aussi souvent dans les champs pour mettre en place des micro-parcelles d’essais et assurer le suivi scientifique des expérimentations (prélèvements, analyses, synthèse).

Les experts IAE (Innovation Agronomie Environnement) sont spécialisés par type de culture ou par thématique (exemples : dossier variétés céréales, dossier maïs …). Ces agronomes travaillent en collaboration avec les EAT afin de répondre aux différentes problématiques du terrain. Pour cela, ils mettent en place des essais dans les champs sur différentes thématiques avec l’aide des expérimentateurs.
 

Le point de vue de l'expert
José Collet
José
Collet
Responsable EAT (Experts Agronomie Terrain) VIVESCIA

Dès les semis en terre, un tour de plaine toutes les semaines s’impose !

Pour trouver des solutions qui répondent aux besoins des agriculteurs, il faut aussi être sur le terrain avec eux. On les tient informés des innovations et expérimentations conduites sur le territoire VIVESCIA. On fait aussi remonter les observations vers les IAE pour nourrir leurs travaux de recherche vers une agriculture toujours plus durable. Pas moins d’une centaine de techniciens et agronomes sillonnent le terrain et transmettent leurs relevés pour alimenter la Synthèse de l’état des cultures sur l’ensemble du territoire VIVESCIA. Cette synthèse est transmise chaque semaine aux adhérents de la Coopérative VIVESCIA dans le VIVESCIA Cultures. Ces indications sont précieuses pour prévoir le travail de la semaine suivante !

Notre force, c’est le maillage de techniciens présents sur le terrain. Il nous permet d’avoir une connaissance fine des parcelles. Et comme nous arpentons le territoire VIVESCIA depuis longtemps, nous avons aussi une vision historique de chaque parcelle. C’est ce qui nous permet de proposer un accompagnement personnalisé, au plus près du terrain. Nous pouvons apporter aux agriculteurs des conseils sur les variétés  les plus adaptées à leur terre, les éclairer aussi sur les choix de culture en regard des besoins des clients industriels…

Les expérimentateurs conduisent les essais en conditions réelles sur des parcelles en collaboration étroite avec les agronomes et les agriculteurs partenaires afin de déterminer les variétés les plus adaptées au terroir et aux clients.
 

Le saviez-vousLe saviez-vous ?

Sur les 600 parcelles observées par les Techniciens et Agronomes de VIVESCIA, 80 servent à alimenter les Bulletins de Santé du Végétal émis par les Pouvoirs publics.
Pour les régions Grand Est, Hauts de France et Ile de France, VIVESCIA est ainsi l’un des plus gros contributeurs à cette collecte de données.
En savoir +
 

Le point de vue de l'expert
Angéline Cuif
Angéline
Cuif
Expert IAE (Innovation Agronomie Environnement)

Le métier d’agronome, c’est de trouver des solutions innovantes. Mais c’est aussi de partager nos connaissances avec les agriculteurs !

« Tout au long de l’année, nous apportons aux agriculteurs notre expertise sur toutes les cultures de leur exploitation. Notre rôle est vraiment d’avoir une veille sur les innovations agricoles et de répondre aux problématiques des agriculteurs en testant des nouvelles variétés suivant les différents types de sol, des solutions de fertilisation, des techniques agronomiques, de nouvelles espèces… Notre conseil est basé sur les résultats des essais mis en place chaque année sur diverses thématiques.

En hiver, quand c’est plus calme côté champ, l’équipe des agronomes en profite pour présenter les résultats des travaux et partager ses connaissances. Nous organisons des réunions d’information thématiques. Nous éditons aussi différents  documents qui retracent les résultats d’essais et les conseils à destination des agriculteurs : le Guide VIVESCIA, les « Dossiers de l’Agronomie », le bulletin  hebdomadaire VIVESCIA Cultures. Les experts agro-terrains et les équipes commerciales relaient également  ces messages auprès des agriculteurs. Sur la sollicitation d’un agriculteur, on peut aussi aller sur place, effectuer des essais et des mesures complémentaires pour résoudre son problème.

L’heure de la récolte des céréales.

La récolte est toujours un moment d’effervescence. Et pour cause : c’est le résultat du travail de toute l’année ! Suivez la moisson sur les réseaux sociaux, avec le hashtag #MaMoissonVIVESCIA sur notre compte Twitter et notre page Facebook.

Pour la moisson 2019, nous vous avons proposé de suivre Julie, en reconversion professionnelle, et Sylvain, brasseur, et de remonter avec eux la route du grain, du pain au blé et de la bière à l'orge. Retours en images sur leurs expériences.

Julie sur la route du grain, du pain au blé

Julie sur la route du pain au blé - #2 Les champs d'essais et le laboratoire
Julie sur la route du pain au blé - #3 Le silo
Julie sur la route du pain au blé - #4 La moisson du blé

Sylvain sur la route du grain, de la bière à l'orge

Sylvain sur la route de la bière à l'orge - #2 Le silo
Sylvain sur la route de la bière à l'orge - #3 La préparation de la moisson
Sylvain sur la route de la bière à l'orge - #4 La culture de l'orge

Une fois le grain récolté, il faut le stocker.

A la ferme ou dans un silo, le stockage ne s’improvise pas. Il faut ventiler le grain régulièrement, surveiller sa température en respectant les paliers pour la faire descendre, procéder à des échantillonnages, faire des lots de grains homogènes qui seront expédiés chez les industriels de la transformation.

Le temps du voyage… 

Car les grains voyagent, mais pas tous de la même manière…
En fait, tout dépend de la destination et de la demande du client. Certains grains prennent la route, d’autres le train car les usines qui les accueillent disposent de voies de chemin de fer au cœur du site. D’autres encore choisissent de se déplacer en péniche… Il en est même qui traversent les océans ! Des grains d’orge poussés en Champagne-Ardenne prennent ainsi le bateau jusqu’en Chine.